Lysine

Le premier des acides aminés


Dans les formules alimentaires européennes, la lysine est généralement le premier acide aminé limitant pour les porcs et le second après les acides aminés soufrés (méthionine + cystine) pour les volailles. Etant un acide aminé indispensable pour les porcs et les volailles, la lysine doit être apportée en quantité suffisante dans l'alimentation.

Chez le poulet de chair, il existe une relation directe entre les apports quotidiens de lysine et le développement de certains muscles comme le filet. L'ajustement des teneurs en lysine dans l'aliment permet donc une meilleure valorisation des morceaux de découpe pour les industriels volaillers.

La lysine étant le premier acide aminé limitant pour les porcs, la quantité ingérée va déterminer directement les performances de croissance de l'animal. L'ingestion d'aliment étant souvent limitante pour l'expression du potentiel de croissance, la seule façon d'augmenter la quantité de lysine ingérée est d'augmenter la concentration de lysine dans l'aliment et d'équilibrer correctement l'aliment afin d'être sûr que toute la lysine apportée soit valorisée pour le dépôt protéique (concept de la protéine idéale). Les niveaux de lysine doivent donc être adaptés à l'ingestion d'aliment observée chez les animaux et au gain de poids visé (Figure 1).

Digestible lysine level in feed

Figure 1. La teneur en lysine digestible dans l'aliment devrait être définie selon la consommation alimentaire observée (ingestion) et le gain de poids désiré.

La quantité de lysine ingérée quotidiennement a un effet direct sur les performances de croissance de l'animal dans la mesure où cet acide aminé sert principalement au dépôt de protéines corporelles (Figure 2). Ainsi, ajuster la concentration en lysine de l'aliment en fonction du potentiel de croissance des animaux et de leur capacité d’ingestion permet d’optimiser la croissance mais également l'efficacité alimentaire.

Digestible lysine level in feed

Dans chaque essai, le meilleur GMQ et la quantité de lysine ingérée correspondante sont mis en évidence par les cercles rouges. La quantité de lysine DIS ingérée nécessaire pour un GMQ donné est estimée par un modèle linéaire (droite bleue).

Figure 2. Effet de la lysine ingérée (digestible iléale standardisée, DIS mg/jour) sur le gain moyen quotidien (GMQ, g/jour) de porcelets dans différents essais (courbes noires) et estimation du besoin en lysine DIS par gramme de gain (droite bleue).

La supplémentation en L-Lysine des aliments pour animaux monogastriques (porcs, volailles et autres) constitue un moyen simple, efficace et précis d'ajuster les apports en lysine aux besoins des animaux afin d'optimiser les résultats technico-économiques de la production. La L-Lysine permet également de limiter le recours à la lysine native contenue dans les protéines végétales telles que le tourteau de soja, ce qui permet de réduire les taux de protéines des aliments et par voie de conséquences les rejets azotés des élevages dans l'environnement. En outre, la L-Lysine étant 100% digestible, sa valorisation par l'animal est très supérieure à celle de la lysine native des protéines végétales.

Pour ces raisons, la L-Lysine est aujourd'hui le premier acide aminé utilisé en alimentation des porcs et des volailles tant en quantité qu'en fréquence de supplémentation. Les résultats des enquêtes aliments que nous conduisons régulièrement à travers l'Europe permettent de constater des fréquences de supplémentation en L-Lysine supérieures à 95% dans les aliments commerciaux pour porcs et volailles quel que soit le stade de croissance de l'animal. Son utilisation est également courante dans les aliments pour lapins et veaux pré-ruminants et se développe rapidement en poisson et en aquaculture ainsi que dans les aliments pour chiens et chats.

Plus d’information dans nos bulletins techniques ; de nombreux résultats expérimentaux y sont reportés :

 

Haut