Nutrition énergétique


L'Energie Nette, le meilleur système énergétique pour prédire les performances des porcs

En alimentation animale, l'énergie est un des éléments nutritifs le plus coûteux des régimes alimentaires. Connaître au mieux l'utilisation de l'énergie par l'animal afin de satisfaire ses besoins et disposer de systèmes de pointe pour évaluer la teneur en énergie des matières premières et des aliments sont donc des facteurs déterminants dans un contexte de formulation à moindre coût.

De la même manière que pour les acides aminés, la totalité de l'énergie apportée par l'aliment, appelée énergie brute (EB), n'est pas disponible pour l'animal. La valeur énergétique d'une matière première ou d'un régime peut être exprimée sous forme d'énergie digestible (ED), d'énergie métabolisable (EM) ou d'énergie nette (EN). En nutrition porcine, suite aux différents niveaux d'utilisation de l'énergie, c'est finalement moins de 60% de l'EB ingérée qui pourra être utilisée par l'animal (Figure 1). En volaille, du fait de l'impossibilité de séparer fèces et urine, l'ED ne peut être mesurée. L'EM est donc directement mesurée et sera utilisée en formulation du fait de la part négligeable de production d'extra-chaleur dans les pertes énergétiques.

EB : énergie brute ; ED : énergie digestible ; EM : énergie métabolisable ; EN : énergie nette

Figure 1. Systèmes énergétiques pour porcs nourris avec un aliment standard
basé sur des céréales et du tourteau de soja.

Un système énergétique est un mode d'évaluation de la teneur en énergie de l'aliment correspondant à une ou plusieurs étapes dans l'utilisation de l'énergie par l'animal. Le système ED prend en compte l'utilisation digestive de l'énergie et l'EM, les pertes sous forme d'urine et de gaz. Le système EN prend de surcroît en compte l'utilisation métabolique de l'énergie et la production d'extra-chaleur qui en résulte (voir aussi Energie Nette EvaPig®). Les résultats expérimentaux ont démontré qu'en porc, l'EN est le meilleur estimateur de la valeur énergétique « vraie » des aliments et matières premières. L'ED et l'EM sous-estiment la valeur énergétique des aliments riches en matière grasse et amidon et surestiment celle des aliments riches en protéines et en fibres. L'EN constitue ainsi le meilleur système énergétique pour prédire les performances de croissance et la qualité de carcasse des porcs, en particuliers quand les animaux sont nourris avec des régimes à basse teneur en PB ou riches en matières grasses. Pour toutes ces raisons, utiliser l'EN pour les valeurs énergétiques des aliments et matières premières à destination de la nutrition des porcs est hautement recommandé.

Aspect pratique de l'utilisation de l'énergie nette en porcs

L'utilisation de l'EN plutôt que de l'ED ou l'EM entraine des changements importants dans le classement des matières premières. Quand les valeurs d'ED et d'EN sont exprimées en pourcentage d'un aliment composé (blé : 67%, tourteau de soja : 16%, matières grasses : 2.5%, son de blé : 5%, pois : 5%, ...), le classement des matières premières change (Tableau 1). Cette différence dans la hiérarchie des matières premières a un impact important dans la formulation des aliments et dans l'utilisation et l'approvisionnement des matières premières dans l'usine de fabrication d'aliments. Par exemple, le système EN permet d'être moins dépendant de l'importation de matières premières riches en protéines comme le tourteau de soja.

Matières premièresEDEN
Maïs103112
Blé101106
Son de blé6863
Tourteau de soja10782
Matière grasse243300

Tableau 1. Le classement des matières premières dépend de leurs contenus en énergie digestible (ED) ou énergie nette (EN). (pour plus de détails, voir EvaPig®)

Diminuer le niveau de PB dans un aliment va modifier ses caractéristiques énergétiques si le contenu en EN n'est pas contrôlé. En effet, la réduction de la teneur en PB accompagnée d'une valeur constante en EM ne tient pas compte du fait que la valeur énergétique de l'aliment exprimée en EN augmente. Dans ce type de régimes à basse teneur en PB, une partie des protéines est substituée par de l'amidon et/ou des matières grasses, ce qui modifie l'utilisation métabolique de l'énergie par l'animal. L'ampleur de cette substitution dépend de l'importance de la réduction du taux de protéines. L'abaissement du taux de PB entraîne une diminution de la teneur en ED de l'aliment alors qu'elle est sans effet marqué sur l'EM. Mais dans le système EN, le rendement d'utilisation de l'EM apportée par l'amidon (82%) est supérieur à celui des protéines digestibles (58%). Ainsi, l'augmentation de la teneur en EN est en moyenne de 0,5% par point de réduction de la teneur en PB de l'aliment. Cet effet est accentué dans le cas d'une substitution d'une partie des protéines par des matières grasses en raison de leur rendement d'utilisation supérieur à celui de l'amidon (90% vs. 82%) et de leur teneur élevée en énergie.

Sur un plan pratique, il est donc important de prendre en compte cette augmentation de l'EN avec l'abaissement de la teneur en protéines de l'aliment afin d'en permettre une meilleure valorisation par l'animal. Les essais conduits chez le porc avec des régimes à basse teneur en protéines formulés avec une supplémentation en acides aminés ajustée à l'EN, ont montré que les performances de croissance et l'adiposité de la carcasse à l'abattage ne sont pas affectés même lorsque les animaux sont alimentés ad libitum (Figure 2).

Figure 2. Effet d'un régime bas en protéines et supplémenté en acides aminés sur la qualité de carcasse et sur les performances de croissance de porcs alimentés ad libitum (les régimes sont formulés en EN et en base DIS ; 55 à 105 kg de poids vif)

La mise en œuvre du système EN en formulation, notamment en nutrition porcine, offre une meilleure évaluation des matières premières et des aliments et permet donc d'optimiser les performances des animaux, la qualité de la carcasse et le coût alimentaire. Dans la mesure où les teneurs en acides aminés et en énergie des aliments et matières premières sont estimées correctement, avec un système nutritionnel pratique et précis (i.e. acides aminés DIS et EN), la qualité de carcasse ainsi que les performances de croissance des animaux sont contrôlées.

Les tables INRA-AFZ présentent la composition chimique et les valeurs nutritionnelles de plus de 100 matières premières :

  • Tables de composition et de valeur nutritive des matières premières destinées aux animaux d'élevage : porcs, volailles, bovins, ovins, caprins, lapins, chevaux, poissons.
    Sauvant D., Perez J.-M., Tran G. Eds. ISBN 9076998418 2004, 304 p. INRA Editions Versailles

    Pour plus d'informations, visitez les sites de l'INRA et de l'AFZ :


L’article ci-dessous présente la méthode utilisée pour calculer les valeurs énergétiques reportées dans les tables INRA-AFZ :

 

Plus d'information dans nos bulletins techniques ; de nombreux résultats expérimentaux y sont reportés :

 

Haut