Réduire la pollution azotée d'origine agricole

Réduire l’excrétion de NH3 et la génération de N2O par les élevages


L'utilisation de matières premières riches en protéines soulève de nombreuses questions d'ordre environnemental. Bien que ces matières premières permettent de satisfaire le besoin en acides aminés indispensables des animaux, elles sont également la cause d'excès à grande échelle de certains acides aminés qui sont catabolisés par l'animal puis excrétés sous forme de composés azotés dans les déjections animales. Ces composés augmentent la pollution du sol, de l'air et de l'eau via la génération de co-produits azotés : nitrates, ammoniac, oxyde d'azote, etc. (Figure 1).

Figure 1. Mécanismes de la génération des gaz à effet de serre (N2O) à partir des déjections animales

Les aliments à basse teneur en PB et supplémentés en acides aminés permettent ainsi de limiter l'excrétion d'azote dans l'environnement et sont reconnus comme l'une des "Meilleures Techniques Disponibles" (MTD) pour diminuer l'excrétion azotée d'origine agricole (Commission Européenne, 2003 : "Reference Document on Best Available Techniques for Intensive Rearing of Poultry and Pigs").

 

Haut