Implications pratiques :
réduire la teneur en protéines brutes des aliments


Chez le jeune porcelet, la fréquence et la sévérité des diarrhées sont plus élevées qu'à des stades physiologiques plus avancés. La transition alimentaire du lait de truie (liquide) vers des aliments solides principalement composés de matières premières végétales, conjuguée à la capacité d'acidification limitée du tube digestif encore immature des porcelets conduisent à une faible digestion de la fraction protéique de l'aliment. Ainsi, une part importante des PB de l'aliment reste non digérée et atteint la partie distale de l'intestin causant la prolifération de bactéries pathogènes responsables de troubles digestifs qui conduisent aux diarrhées. Ceci détériore l'état sanitaire de l'élevage et pénalise la croissance des animaux.

Figure 1. Effet de la teneur en protéines de l'aliment sur le pouvoir tampon du bol alimentaire

Hormis leur teneur faible en azote, les aliments à basse teneur en PB offrent une capacité d'acidification supérieure à celle des aliments contenant de hautes teneurs en PB. Les protéines ont en effet un pouvoir tampon élevé et nécessitent davantage d'acide pour amener le bol alimentaire à pH acide. Une acidification du digesta et une limitation de la part de protéines non digérées dans le gros intestin limitent donc la prolifération de bactéries pathogènes. Limiter la teneur en PB dans l'aliment réduisant la quantité de protéines non digérées qui atteint le gros intestin aide à abaisser le pH du bol alimentaire et donc à limiter l'apparition de troubles digestifs (Figure 1).

Sécuriser l'aliment en en diminuant la teneur en PB est une solution nutritionnelle utilisée en pratique pour réduire l'incidence et la sévérité des troubles digestifs - et donc des problèmes de diarrhées - et a été largement implémentée en Europe.

La réduction de la teneur en PB de l'aliment ne doit cependant pas être réalisée aux dépends des performances de croissance. Il a en effet été démontré qu'un niveau élevé de performance au stade porcelet contribue à améliorer l'ensemble de la croissance du porc jusqu'à l'abattage. Les porcelets les plus lourds résistant mieux aux changements d'environnement et aux transitions alimentaires, ils afficheront un niveau de performance supérieur au cours des stades ultérieurs.

La réduction de la teneur en PB dans l'aliment va impacter le profil en acides aminés et la valeur énergétique de l'aliment ; cela nécessite donc l'emploi de systèmes nutritionnels adéquats afin de contrôler la croissance et la composition de la carcasse : acides aminés en DIS et utilisation de l'EN en porcs, acides aminés en digestibilité vraie (DV) et utilisation de l'EM en volaille.

 

Haut